Ulrike Guérot, directrice du département de politique européenne et de la recherche démocratique de l’Université Danubienne de Krems et fondatrice du European Democracy Lab à Berlin, à propos des associations européennes:

Une loi d’association européenne est la condition préalable essentielle pour se réclamer d’une identité citoyenne européenne  ou bien pour accorder au concept de citoyenneté européenne l’importance qui lui revient. Etre citoyen européen ne signifie pas que tout le monde s’aime en Europe et que nous partagions les mêmes valeurs, comme on le dit ou l’insinue souvent à la légère en parlant de “citoyens européens”, comme lors des dernières élections européennes. Etre citoyen, c’est avant tout avoir les mêmes droits, d’abord et avant tout le droit de s’organiser en associations. Le droit de s’organiser est l’un des plus anciens droits civils et l’une des plus anciennes formes d’organisation civile. S’il n’y a pas de loi européenne sur les associations, il n’y a pas, stricto sensu, non plus de citoyens européens. Dans ce contexte, cette initiative est extrêmement importante : les citoyens européens devraient boycotter les élections européennes de 2024, si l’UE ne parvient pas à créer d’ici là un droit d’association européen qui ferait d’eux enfin de véritables citoyens européens.